Après leur tromperie considérée de « leurre » par l’armée Congolaise sur un prétendu retrait de la cité de Kibumba, les terroristes du M23 annoncent qu’ils vont se retirer de Rumangabo ce jeudi 5 janvier. Dans un communiqué relayé ce mercredi, le porte-parole politique de la rébellion, Lawrence Kanyuka a annoncé qu’ils vont céder cette localité stratégique à la Force régionale de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

« Le M23 reste déterminé à mettre en œuvre les résolutions du min-sommet de Luanda et apporte son soutien aux efforts de la région afin de trouver la paix en RDC », écrit leur porte-parole dans ce communiqué avant d’ajouter que « Le M23 remettra le camp militaire de Rumangabo sous l’entière responsabilité de l’EACRF à la date prévue du 5 janvier 2023. »

Douze jours après l’annonce de leur retrait, les rebelles du M23 sont toujours présents à Kibumba, à 20 km au nord de Goma, dans l’est de la RD Congo, selon des sources locales. De leur côté, ces rebelles confirment « qu’il se sont bel et bien retirés de Kibumba depuis le 23 décembre 2022 ».

Ce qu’a rejeté l’armée Congolaise le 24 décembre 2022, qualifiant ce retrait de « leurre » tout en affirmant que la rébellion renforçait ses positions ailleurs.

Rumangabo est une base militaire de l’armée de la République démocratique du Congo située dans le territoire de Rutshuru, au Nord de Goma dans la province du Nord-Kivu, à 3,5 kilomètres au nord du siège du parc national des Virunga. Elle a été conquise par le M23 en novembre 2022.